Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2020

De quoi qu'on va causer le mardi 28 janvier.

Artracaille en balade depuis la station
d'métro boulot dodo Louvres Rivoli en
passant par les quais de la rive droite
à la rive gauche de la seine en emprun-
tant la passerelle des arts, en face l'ins-
titut. 
Puis de là, quelque dizaines de mètres 
pour entrer dans l'Hôtel des monnaies
et l'expo consacrée à Kiki Smith.
Une première pour nous c't'hôtel.
Mais pas du tout déçus d'la rencontre
a'ec le lieux et surtout l'expo présentée.
D'une artiste, inconnue en France.
Une Américaine d'origine Irlandaise.
Une notation importante si on veut com-
prendre, à minima, son travail.
Où se manifestent, pêle-mêle, le fantas-
tique, la poésie, la religion, l'histoire, le
médiéval...
J'en oublie.
Une belle personne ce qui ne nuit pas à
la qualité de sa création mais l'exauce.
Un petit film, visionné sur place, nous dé-
crasse la cervelle et les préjugés à ce 
propos.
Et on s'fait s'couer la raison à mesure de 
la déambulation.
Des sculptures, des dessins, des gravu-
res, et des tapisseries, magiques.
Médailles, bronzes, plâtre, bois, une uti-
lisation, un parti dont elle tire le meilleur 
pour servir son dessein.
Plus beaucoup de temps pour rencontrer
le travail de cette immense artiste, alors
pour les Parigots, au boulot !
Et pardon pour la province une fois de plus
de plus, ignorée de c' circuits.
On fait c'quon peut pour elle, même si cela 
ne suffit évidemment pas.
 
Et à Mardi sur Radio soupente, l'émission 
Artracaille,  sans foi, sans loi et sans courbet-
tes... 
Heu...

kiki.jpg

21/01/2020

Barbara Hepworth

Le presse papier : Les pauvres - Taha Bouhafs - La cellule militaire Demeter - A écouter   ici


Barbara Hepworth

Les ziques : A bas l'état policier - Ne jouez pas au soldat - la mer - Farewell maiden all - Je suis un tailleur de pierre - Aux armes.

Les expos : Barbara Hepworth au musée Rodin - Kitty Smith à la Monnaie de Paris -

Le culturel de la semaine : Lire "La zone du dehors" de Alain Damasio - Film " Je ne rêve que de vous " de Laurent Heynemann.

19/01/2020

De quoi qu'on va causer le mardi 21 janvier.

Artracaille se r'fait une p'tite ligne en se
bag'naudant dans Pantruche pour rallier
le musée Rodin qui expose le sculpteur
Barbara Hepworth dont ma Camarade
Pikékou est une amoureuse transie de
sa personne et d'son boulot.
Pas exactement mon panard.
Messe, en déambulant devant son travail
mes certitudes en ont pris en coup dans 
la hure.
je ne peux rien dire sur la personnalité de
cette artiste, je n'ai rien bouquiné sur elle.
Ma Camarade de combat, si.
Mais les œuvres présentées, au moins 
certaines d'entre elles ont fait vaciller mes 
à priori et surtout ma mauvaise foi.
Heu...
Des pièces magnifiques en bois pour la 
plupart.
Des pierres aussi, mais pas les marbres 
blancs.
L'absence de mouvement de ces œuvres
me renfrognent.
Pas d'pot for me.
Par contre dans les bois, ça bouge et y 
participe la matière du matériau.
La couleur aussi, le blond ou le brun qui va
se balader parfois du côté du noir.
Une sensation de douceur qui émane des
ondulations que le ciseau imprime au bois.
Le poli.
Quelques bronzes aux pâtines mates et colo-
rées qui ont trouvé grâce aux yeux bleus
gris de la Môme Pikékou.
Ouf.
Un scoop camarades et amis auditrices et
auditeurs de nos de nos blablas hebdoma-
daires.
L'émission Artracaille est enfin "réconciliée"
avec le bronze, enfin celui à la patine mat.
 
Et à Mardi sur Radio soupente, l'émission 
Artracaille,  sans foi, sans loi et sans courbet-
tes... 
Heu...

barbara.jpg

15/01/2020

Happy new year

Pikékou new year.jpeg

14/01/2020

Jules Grandjouan raconté par Noémie Koechlin, sa petite fille

Le presse-papier : Mehdi et la Manif - Voeux de Georges Ibrahim Abdallah. A écouter ici


Les histoires : Jules Grandjouan raconté par Noémie Koechlin, sa petite fille et Marianne Koechlin, son arrière petite fille - Les éditions Noémie Koechlin -

Pour aller plus loin , entretien du 9 janvier 2020 avec Paul Eric Langevin, son cousin.

Les ziques : Genova 2001 - Toujours rebelles, toujours debout - C'était tout mon grand-père - La varsovienne - La Ravachole - Aux armes.

Le culturel de la semaine : Lire "Le poids du papillon" de Erri de Luca - Film "Un village se rebelle" en replay sur Arte jusqu'au 16 janvier.