Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2019

Que de quoi qu'on cause ce Mardi 11 Juin 2019 ? Hein, hein ?


Le Mardi 11 Juin  2019 d e 11 h à 13 h 

Artracaille, sans couscous, sans pizza

mais après une p'tite bouffe quand mê-
me dans un rade porte de Vincennes,
et une p'tite marche pour digérer et se
prend' l'métropolitain à la Nation pour 
se poser à la BNF du Mythe errant...
L'humour et moi c't'un peu basique et
plagié sans vergogne.
Bref, pourquoi la BNF et ses esplanades
démesurées ou un vent à décorner les
clochers d'nos églises menace à chaque
pas péniblement gagné d'vous envoyer
faire un viron au ciel pour y r'joindre le 
Père éternel.
Nous nous battons pied à pied contre 
les bourrasques pour tenter de voir une 
expo consacrée à Antonio Segui, peintre
Argentin qui vit en France depuis belle
burette et ousque il a peinturluré la plus
grande partie d'son œuvre qu'est pas 
maigrelette.
Et qu'il a fait le don à la BNF de 500 de
ses barbouiilles ou d'reproduction d'icel-
les sous forme d'estampes.
Eaux fortes, linogravures, sérigraphies,
et de ces dernières, au carborundum.
Une technique de gravure qui sert une
sorte d'épure de dessin.
Gros traits noirs barbouillés à la brosse.
Une espèce de goudron blanc qui n'au-
torise pas les finesses mais qu'on s'en 
fout car le résultat est "plein la tronche" !
Qui ressemble aux peintures à la main, 
ou au doigt plutôt, de Soutter mais avec
le style propre à Segui.
Que perso je préfère Louis Soutter qui 
te balade dans la mémoire des peuples
de la préhistoire ou des artistes des arts
lointains découverts par Félix Fénéon.
Et l'agitation de ma Camarade d'combat
témoigne de l'intérêt du travail de l'Argen-
tin.
 
À Mardi les aminches !  Sur Artracaille . 

IMG_0734.JPG

Écrire un commentaire